Le Tchad dans Google : Déby et images de guerre sont-ils nos seuls attraits touristiques ?

Pourquoi le Tchad n’attire pas les touristes

Le Tchad profond est un très beau pays comme on en rencontre rarement dans le monde. Ceux qui l’ont visité du nord au sud s’accordent pour évoquer un « pays authentique, véritable carrefour de civilisations, parcouru de paysages somptueux que les amoureux des grands espaces ne pourront oublier ». L’extrême nord du pays en particulier fascine par sa beauté. Les spécialistes affirment sans circonlocutions que « les plus beaux paysages du Sahara sont au Tchad, incontestablement ». Le très sérieux magazine de découverte Géo, lui, est formel : « le désert du Tibesti mérite que l’on s’y aventure : ses étendues de dunes et ses vestiges préhistoriques sont d’une beauté surprenante ».

Avec son lac Tchad qu’on ne présente plus, ses canyons uniques dans le Tibesti, ses lacs d’Ounianga inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, son labyrinthe d’Ohio ou encore ses superbes chutes Gauthiot, sa réserve de faune du Bahar Salamat et son célèbre crane de Toumaï, etc., le pays dispose sans aucun doute d’un immense potentiel touristique qui n’attend qu’à être exploité.

Seulement voilà, avec « 400 touristes par an », on ne peut pas dire que le Tchad ait un jour été une destination touristique prisée des occidentaux. En tout cas s’il l’eut été par le passé, ce fut certainement à une époque où la majorité des Tchadiens actuellement vivants n’était pas encore née. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne l’est plus depuis au moins 40 ans.

Le manque d’attrait pour le pays n’est un secret pour personne. Malgré un travail d’information fait par des sociétés françaises de tourisme ces dernières années pour y attirer des « amoureux de beaux paysages et des grands espaces », les gouvernements des pays occidentaux déconseillent fortement le voyage dans notre pays. Tout ceci principalement à cause de notre « guerre sans fin ».

Ont-ils vraiment tort ? Absolument pas.

Ceux de mes compatriotes qui, comme moi, animent des blog savent que pour illustrer un article sur le Tchad, il suffit de taper le mot clé « Tchad » dans le moteur de recherche google, puis de cliquer sur l’icone « images » pour trouver la photo correspondant à l’esprit de l’article. Pour ceux qui ne l’ont pas encore essayé, c’est le moment ou jamais. Dès que vous entrez le mot « tchad » dans google-images, 80% des photos qui s’affichent sont des images de guerre et de désolation : véhicules blindés, tank sophistiqués, avions de chasse suréquipés, soldats surarmés, etc. Les 20% restant ne sont pas mieux. Elles se répartissent entre les Maps, les photos de Déby, celles de son petit avion victime d’un crash, celles affichant les visages de la pauvreté, etc. Même si vous entrez « tourisme tchad » pour affiner les critères, vous n’éviterez pas les images de Déby et de la guerre.

Or, nous vivons à une époque où internet a rendu extrêmement facile l’accès aux informations basiques sur tout et n’importe quoi. Pour se décider à visiter un pays, il n’est nul besoin d’un guide Routard ou du Petit Futé. Un simple clic, et hop, on a les images qu’il faut. Sauf que dans le cas du Tchad, elles sont absolument effrayantes comparativement à tous les pays voisins du nôtre. Essayez d’entrer « Cameroun » pour vérifier que s’affichent immédiatement des beaux paysages, le sport, la culture, la flore, la faune, etc. Idem pour le Gabon, le Nigéria, etc. Même le mot clé « Soudan » affiche moins d’images de guerre que le Tchad.

Pire, lorsqu’on essaie d’associer les termes « tchad et tourisme« , Google suggère automatiquement « tchad tourisme sécurité« . C’est dire si la méfiance n’est pas qu’anecdotique. Alors, qui a envie d’aller faire du tourisme dans un pays abusivement militarisé ? Idriss Déby se targue d’avoir sécurisé le pays grâce à l’achat massif d’armes de guerre. Mais il semble l’avoir tellement « sécurisé » que ce pays, toujours parmi les derniers dans tous les classements mondiaux, n’attire plus les étrangers.

Que fait donc le gouvernement pour présenter « le Tchad de la Renaissance » sous un jour meilleur ? Ces trois dernières années, plusieurs milliards de Fcfa ont été alloués au département ministériel en charge pour développer et valoriser le secteur. Il se dit dans le milieu qu’ils ont été presque entièrement détournés par ceux qui en ont la gestion. Quelques expositions, des voyages touristiques (le comble) à gauche, à droite et les fonds se sont rétrécis comme une peau de chagrin. On n’a pas besoin qu’un touriste vienne fouiner son nez rose dans nos grosses magouilles. Que ceux qui veulent faire du tourisme au Tchad se contentent de le faire virtuellement sur le superbe site internet www.ott.td. et qu’ils nous laissent détourner en paix. Ah, qu’ils sont merveilleux, nos ministrons avec de belles villas et de grosses cylindrées. On peut faire du tourisme dans leurs jardins.

Presse-Hangaabi®

L’ours de Presse-Hangaabi

Directeur de la Publication : Mustapha B. Hattaby | Rédaction : Chroniqueurs bénévoles et Mustapha B. Hattaby