Zina Wazouna Déby refait surface

Une enquête palpitante

 « Pourriez-vous introduire une demande de carte de séjour pour Madame Ahmed Idriss Zina Wazouna, épouse de chef d’Etat ? Cette dame nous sert d’intermédiaire dans différents contrats au sein des pays africains. »  A priori, Destexhe a autre chose à faire que d’accueillir les bras ouverts l’ex-femme du président tchadien Idriss Déby. Le 7 juin suivant, le parlementaire libéral, ancien secrétaire général de Médecins sans frontières, brigue un mandat de cinq ans au Parlement bruxellois ainsi que sa réélection au Sénat. Il est en pleine campagne électorale. Chez Semlex, on est manifestement au courant. La directrice financière ajoute dans le même mail : « La camionnette demandée à Albert pour votre campagne électorale sera à votre disposition avenue Brugmann, 384, à partir du 17/04 de 9h à 16h. »

(…)

Le 28 avril 2009, une dizaine de jours après la sollicitation, il envoie un courriel à la commune de Waterloo, où habite la fameuse « épouse de chef d’Etat ». Une lettre accompagne ce mail. Entre libéraux, le style d’écriture se veut familier. Alain Destexhe s’adresse à Serge Kubla, ex-ministre wallon de l’Économie. « Monsieur le Bourgmestre, cher Serge, j’aurais souhaité attirer ton attention sur le cas de Madame Ahmed Idriss Zina Wazouna. C’est l’épouse du Président tchadien et la sœur du Président de la banque centrale qui gère le franc CFA pour l’Afrique centrale. Celle-ci voudrait s’installer en Belgique. (…) Elle aide des hommes d’affaires belges à obtenir des contrats. Je n’ai personnellement aucun intérêt dans l’histoire mais je suis sollicité pour qu’elle puisse s’établir à Waterloo plutôt qu’en Suisse où les autorités cherchent à la faire venir. »

(…)

Selon des tableaux de répartition des coûts à assumer par Semlex, relatifs à la période allant du début 2008 au début 2010, l’agente Wazouna Idriss a bénéficié sur ces deux seules années de paiements d’un montant total d’1,6 million d’euros. Il s’agit de factures envoyées à Bruxelles, au siège de Semlex, à titre de « commissions » destinées à « faire aboutir les projets au Gabon ». Serait-ce en lien avec les deux accords passés entre les champions belges du document officiel et les autorités gabonaises, en novembre 2007 et en février 2008 ? Un marché à 21 millions d’euros, portant sur la livraison de 1 500 000 cartes d’identité, de 150 000 passeports et de 250 000 visas.

Zina Wazouna

Lire l’article complet sur https://medor.coop/fr/article/destexhe-et-son-ami-albert-lhomme-qui-achete-lafrique/

L’ours de Presse-Hangaabi

Directeur de la Publication : Mustapha B. Hattaby | Rédaction : Chroniqueurs bénévoles et Mustapha B. Hattaby