Tchad : quand des fonctionnaires des ambassades sortent de leur devoir de réserve

1286184633381

Nous avons assisté, il y a quelques années, à une salve de critiques particulièrement corrosives adressées (presque quotidiennement) à M. Ahmad Allam-mi, alors ministre des affaires étrangères, par un ancien diplomate en poste à Washington (USA), répondant au nom de Hassan Mayo Abakaka. La décharge était d’une telle puissance qu’elle a contraint le ministre à répliquer par une sorte de « droit de réponse » pour calmer définitivement le diplomate en rupture de ban.

Cet épisode a provoqué un appel d’air et délié les langues. C’est ainsi qu’en 2009 une des plus belles plumes de l’administration, Talha Mahamat Allim, alors en poste à la représentation diplomatique tchadienne à Genève (Suisse), n’a pas hésité à violer son devoir de réserve pour porter sur la place publique les reproches d’ordre professionnel qu’il entendait formuler à l’endroit de l’Ambassadeur Bamanga Abbas. Après avoir réitéré le procédé, la sanction est tombée : limogé sans autre forme de procès sur proposition de Moussa Faki Mahamat, ministre des affaires étrangères, qui a ainsi choisi de renouveler sa confiance à Bamanga Abbas.

Le but visé était bien évidemment de dissuader tout fonctionnaire ou diplomate qui serait tenté par l’envie irrépressible de critiquer ouvertement les pratiques de nos représentants, préjudiciables soient-elles pour l’intérêt du Tchad, sans en référer au préalable à la hiérarchie. Diplomate, c’est un sacerdoce.

Mais Talha Mahamat Allim, profondément marqué par la trahison dont il a été victime de la part de son ministre, a continué à délivrer indirectement à celui-ci et à l’opinion nationale en général des « messages » sur le fonctionnement de notre diplomatie et l’urgence qu’il y a à la repenser « face à une scène internationale en perpétuelle transformation » (sic).

Si le Genevois n’a pas fait des émules parmi ses collègues, carriéristes animés par la réussite personnelle plutôt que par celle de l’Etat, il reste qu’il a inspiré un certain Gore Mbaïtoloum, présenté un temps comme attaché de presse de l’Ambassade du Tchad aux USA. Dans une lettre ouverte publiée ce matin sur les blog et sites internet tchadien, G. Mbaïtoloum dénonce une sorte d’amateurisme de SEM  Maïtine Djoumbé et lui impute la responsabilité d’avoir laissé divulguer à des Étrangers des « documents  confidentiels » sur le Tchad. Il lui reproche également de ne pas maîtriser l’environnement politique des Etats-Unis. Bref, Maïtine Djoumbé serait un autre incompétent à la place qu’il ne fallait pas.

Outre les fonctionnaires en poste à l’étranger, il semble que de simples citoyens de la diaspora tchadienne ont également décidé d’exprimer leur ras-le-bol. Ils ne veulent plus assister indifférents face à l’incompétence et à la gabegie des diplomates qui, « dans un Etat normal » (pour reprendre l’expression de Hassan Abakaka Mayo), n’auraient jamais pu s’imaginer un seul instant en « ambassadeur ».

En septembre 2012, c’était le secrétaire général de la section du MPS à Bruxelles, Monsieur Olivier Ndilmbaye Ndilédé, qui s’interrogeait sur la véritable destination des fonds (1 milliard de Fcfa) alloués à la réfection de la représentation du Tchad en Belgique. Il affirmait que cette somme « a servi à tout sauf à l’intérêt général ».

Depuis, Ahmat Awad Sakine, l’ambassadeur indexé, a été muté.

Moussa Faki, qui a décidé de loger définitivement au Ministère des affaires étrangères, n’aura bientôt plus d’autre choix que de passer au Karcher nos représentations diplomatiques ankylosées par l’inertie et souillées par toute sorte de comportements indignes d’un Etat qui revendique une place de puissance militaire et diplomatique sur le plan international.

 © Tchadoscopie

 Thèmes et commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

L’ours de Presse-Hangaabi

Directeur de la Publication : Mustapha B. Hattaby | Rédaction : Chroniqueurs bénévoles et Mustapha B. Hattaby

%d blogueurs aiment cette page :