Tchad : ces étranges « enveloppes kaki »

On pensait que rien n’étonne plus les Tchadiens qui assistent depuis plusieurs années à un renversement radical des valeurs par Idriss Déby qui a sciemment institutionnalisé la corruption pour mieux avilir les populations et servir son régime.

Mais ce dictateur ne cessera de nous étonner.

Le journal de 20h de notre télé nationale du 7 février n’est pas passé inaperçu pour le site internet N’djamena-matin.com qui a relevé l’étrange récompense que le premier ministre Djimrangar Dadnadji est allé remettre à plusieurs de nos soldats rapatriés du Mali où ils auraient été « victimes d’accident de circulation » selon la version officielle ânonnée par les journaleux de la télé tchad.

La fameuse récompense est remise « sur instruction du chef de l’Etat » qui, depuis son séjour cairote, a demandé à son premier ministre de ne pas rendre visite aux blessés « les mains vides ». C’est donc avec des « enveloppes kaki » que Djimrangar Dadnadji s’est rendu au chevet de ces soldats.

Cette façon médiocrement pharaonesque de « récompenser » des éléments d’une armée nationale par des espèces sonnantes et trébuchantes, de surcroît devant les cameras de la télévision nationale, est une première dans l’histoire de l’armée, toutes nations souveraines confondues. Une véritable humiliation pour ces militaires qui, visiblement, sont gênés de recevoir cette étrange enveloppe. En pareilles circonstances, de vrais soldats préfèrent la croix de la valeur militaire, la médaille de la Défense nationale, voire de simples félicitations plutôt qu’un paquet dont la minceur laisse d’ailleurs deviner la pauvreté de son contenu et celle de l’âme de celui qui en a eu l’idée.

Mais ces personnes que Djimrangar Dadnadji est allé réconforter sont-elles de vrais soldats ? La plupart n’a plus que la peau sur les os. Des individus efflanqués, dont on se demande sérieusement s’ils n’étaient pas déjà aussi maigres avant d’aller au Mali ou si, bien en chair il y a encore quelques semaines, sont seulement décharnés par la traque épuisante des éléments de l’Aqmi dans un désert encore plus hostile que le nôtre.

On se rappelle qu’à propos de cette guerre, Alexandre Adler de Courrier International a affirmé récemment que « Idriss Déby est toujours prêt à y aller à condition qu’on le paie ». En somme, ce Déby n’est ni plus ni moins qu’un vulgaire condottière prêt à sacrifier son peuple pour une poignée de dollars. Alors, devra-t-on en déduire que les enveloppes remises à ces « soldats blessés dans un accident de circulation » représentent la rémunération des services rendus à Idriss Déby en tant que chef d’armées de mercenaires, lui-même payé par le Mali et la France ? Possible !

En tout cas, si Idriss Déby n’a reçu aucun paiement en espèces sonnantes et trébuchantes, il en recevra sous forme de sérieuses garanties quant à son maintien au pouvoir car, comme l’a si bien dit un des fils d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, la France aura désormais du mal à critiquer le despote tchadien. Et pour cause !

© Tchadoscopie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

L’ours de Presse-Hangaabi

Directeur de la Publication : Mustapha B. Hattaby | Rédaction : Chroniqueurs bénévoles et Mustapha B. Hattaby

%d blogueurs aiment cette page :